Histoire

LES WISIGOTHS, LES CAROLINGIENS, LES ABBES D’ANIANE

Les Wisigoths créent la Septimanie ( le Languedoc côtier ) et leur roi Récarède se convertit au christianisme en 587. Après la perte de leur capitale :Toulouse, la Septimanie est rattachée à leur royaume en Espagne dont la capitale est Tolède. Les Arabes s’emparent de L’Espagne à partir de 711 puis de la Septimanie. Maguelone restera longtemps aux mains des Arabes.
On peut supposer que des forts rudimentaires étaient érigés sur des promontoires tel que celui d’Aumelas. Car plus tard lorsque Charlemagne repousse les Arabes et s’empare du Languedoc il favorise l’implantation d’abbayes auxquelles il concède des territoires importants. C’est ainsi qu’un Goth Benoît d’Aniane, fils du comte de Maguelone, élevé à la Cour impériale, fonde le monastère d’Aniane en 782 et le soumet à la règle bénédictine.

charlemagneCharlemagne (768-814) et son fils Louis -le -Pieux ( 814-840) dotent l’abbaye de la contrée que l’on désignera plus tard sous le nom de vicomté d’Aumelas. Ils instaurent aussi les comtés et les vicomtés pour diriger le pays avec les gens d’église. Après Louis, le pouvoir royal s’affaiblit et les seigneurs s’emparent des biens ecclésiastiques c’est ainsi que les vicomtes de Béziers et d’Agde
possédent des terres de la vicomté au X° siècle. On peut donc supposer qu’un fort était déjà développé. Cependant le château n’est cité dans un texte qu’en 1036
De 780 à 980 la vicomté appartient aux abbés d’Aniane.

LA DYNASTIE DES GUILHEM ET LE DEVELOPPEMENT DU CHATEAU ( 990-1204 )

Le 1er Guilhem reçoit en fief , en 990, de la part de l’évêque de Maguelone, RICUIN une grande partie de Montpellier. Ce Guilhem descendait d’un Guilhem, duc d’Aquitaine et qui devint moine à St. Guilhem. Les Guilhem sont aussi en possession d’Aumelas et c’est à partir de Guilhem V et surtout de Guilhem VIII que le château deviendra une demeure seigneuriale.

Guilhem V de Montpellier (1068-1121) attribue par testament la seigneurie de Monpellier à son fils aîné: Guilhem VI et au cadet l’honneur d’Aumelas (domaine et titre) connu sous le nom de Guilhem d’Aumelas (1121-1155).Ce dernier se marie en 2ème noce avec Tiburge d’Orange, leur fils Rimbaud d’Orange (1143-1173) hérite de la vicomté en 1155 cependant il a hérité auparavant dès 1150 à la mort de sa mère d’une partie des possessions d’Orange.
A 12 ans le voilà bien pourvu et il a une vocation de mécène et de troubadour réputé. Il néglige Aumelas et met en gage bien des domaines afin de briller à sa Cour de Courthézon près d’Orange.

Le testament de Rimbaud comporte une clause de restitution prévue par son père dans le cas où il décèderait sans héritier, ce qui advint. Il est prévu qu’héritera une de ses sœurs Tiburge qui épouse Aymard de Murviel, leur fils Raymond-Aton mari de Foy hérite en 1187.
Ce dernier donne à titre  » d’alleu  » -en pleine propriété- toutes les possessions d’Aumelas à Guilhem VIII de Montpellier (1172-1202) qui les lui rend en fief en rajoutant Paulhan, Vendémian. Raymond devient le vassal de Guilhem qu’il reconnait comme son seigneur en 1187 mais il meurt peu de temps après. Raymond-Aton a eu 2 filles Tiburge et Sybille.

Guilhem VIII en 1191 convient avec le grand-père de Tiburge et Sybille d’un mariage entre son fils aîné Guilhem IX – qu’il a eu avec Agnès d’Aragon après avoir répudié Eudoxie de Constantinople qui ne lui avait donné qu’une fille Marie (qui deviendra Marie de Montpellier)- et Tiburge ou si elle décède avec Sybille. Le mariage ne se fit pas. Guilhem IX est considéré comme le fruit de l’adultère. Cependant Guilhem VIII en 1197 réussit à racheter le château d’Aumelas et ses dépendances aux filles de Raymond-Aton avec l’accord de leur grand-père Aymard de Murviel.

Guilhem VIII tente auprès du Pape de faire annuler son 1er mariage avec Eudoxie afin de faire légitimer ses fils adultérins, après avoir déshérité sa fille Marie qu’il va marier à Barral vicomte de Marseille et à sa mort à Bernard de Comminges Le Pape refuse .La seule héritière légitime est Marie (1180- 1213) que les Montpellièrains soutiennent. Bernard de Comminges fait annuler son mariage avec Marie qui peut épouser en 1204 Pierre II roi d’Aragon depuis 1196 (1174-1213)
De leur union naît à Montpellier en 1208 Jacques connu sous le nom de Jacques le conquérant.

LES ROIS D’ARAGON ET DE MAJORQUE ( 1204 -1349 )

Jacques dAragonPierre II d’Aragon abandonne Marie et veut faire annuler son mariage. Il veut donner les possessions de Montpellier et d’Aumelas aux enfants d’Agnès et de Guilhem VIII. Marie se rend auprès du Pape Innocent III pour faire reconnaître les droits de son fils. Elle obtient gain de cause en 1213 et meurt à Rome la même année .Mais la croisade contre les Albigeois a commencé par le sac de Béziers en 1209. Après ce siège Simon de Montfort devient le chef militaire de la croisade et Pierre d’Aragon pour sceller un traité avec Simon lui donne en otage son fils Jacques. Pierre est suzerain de bien des vassaux du Midi il est aussi apparenté aux comtes de Toulouse qui sont menacés par Simon de Montfort, il se laisse convaincre de les aider et c’est la bataille de Muret en 1213 perdue par les Occitans et au cours de laquelle Pierre est tué alors qu’il est appelé Pierre le catholique depuis 1212 date à laquelle il a, à la tête d’une coalition vaincu les Almohades à las Navas de Tolosa (province de Jaén en Andalousie).
Innocent III exige de Simon de Montfort qu’il restitue Jacques, seul à pouvoir succéder à son père. Jacques (1208-1276) est élevé au château de Monzón (Aragon) par les Templiers de 1213 à 1216. puis prend possession de ses domaines. Il va conquérir Majorque avec l’aide des habitants du Midi. Cependant les rois de France avaient des droits sur la région. Par le traité de Corbeil en 1258 Louis IX renonça à ses droits sur le Roussillon , le comté de Barcelone , le Confiant et la Cerdagne et Jacques I le conquérant en contrepartie céda ses droits sur le comté de Toulouse, le Lauraguais, Béziers, Agde, Narbonne,Nîmes ..Jacques conserva Montpellier, Aumelas et Carlad en Auvergne.
Le traité avalise le mariage de la fille de Jacques : Isabelle avec le fils de Louis IX: Philippe-le-Hardi En 1276 par testament Jacques partage ses possessions : son fils aîné Pierre lui succède en Aragon et le 2ème fils né à Montpellier en 1243 est seigneur de Montpellier et d’Aumelas et devient Jacques II roi de Majorque de 1276 à 1311. Il établit sa capitale à Perpignan.
Cependant les rois de France font valoir leurs droits et devant la menace d’une guerre qu’il ne peut soutenir, Jacques II de Majorque reconnaît la suzeraineté de Philippe-le- Hardi. En 1286 Montpellier et Aumelas sont reconnus comme arrière-fief de la Couronne royale. Dans cet acte Aumelas est qualifié de Vicomté :  » viccomitatum Omeladesii  » archives de Lestan cité par l’abbé Delouvrier. Sanche succède à son père en 1311 et a su sauvegarder ses droits entre les rois d’Aragon et de France. Son neveu Jacques III de Majorque lui succède en 1324. Il cède la vicomté à son frère Ferrand en 1330 et à la mort de ce demier, sans descendance, en 1336 il récupère sa donation. Les rois d’Aragon n’ont jamais admis la séparation de leur possession à partir du testament de Jacques le conquérant et en 1343 Pierre IV d’Aragon s’empare des Baléares et du Roussillon. Jacques III dépouillé veut lever une armée pour reconquérir ses territoires. Manquant cruellement d’argent il vend au roi de France Philippe VI de Valois ses droits sur Montpellier et Aumelas pour 120 000 écus d’or en 1349. Il mourut à la bataille de Lluchmayor en 1349 en voulant récupérer les Baléares. On dit de lui qu’il était imprudent, impatient et impulsif. Il a tué un page qui en lui versant à boire a tâché son habit, or ce page était un fils d’Arnaud de Roquefeuil qui prêta main forte aux ennemis de Jacques. Ce dernier dut le dédommager en cédant Le Pouget.et autres lieux. Jacques IV (1337-1375 ) fils du précédent est resté prisonnier pendant 12 ans et Duguesclin le ramena prisonnier à Montpellier Il n’avait plus que la Couronne et ne réussit pas à reconquérir ses terres. Il transmit la Couronne à sa soeur Isabelle qui épousa le marquis de Montferrat Comme il restait quelques droits non soldés le roi de France Charles VI dédommagea Isabelle en 1395

LES ROIS DE FRANCE ( 1349 – 1500 )
Dès 1349 et a fortiori en 1395 Montpellier et la vicomté dépendent des rois de France
Dans les années 1430 Guilhaume de la Filhole est gouverneur d’Aumelas et participe à la lutte contre les routiers anglais qui pillent la région. Il soutient Charles VI et le futur Charles VII cependant il s’oppose à Isabeau de Bavière qui exerce la régence de son mari jugé  » fol « et qui veut favoriser Henry d’Angleterre.Il sera exécuté à Montpellier en 1418.François de Marsal est gouverneur en 1486

LES ENGAGISTES ET LES VICOMTES ( 1500 – 1789 )

Après les gouverneurs qui représentent le roi , la royauté au XVI° siècle cède Aumelas par acte de vente à des personnes  » les engagistes  » qui achètent les domaines mais avec une clause de rachat perpétuel. Nous dirions aujourd’hui l’usufruit pour l’engagiste, la nue-propriété pour le Roi qui en reçoit l’hommage.
1537 : Aumelas et Cabrials sont vendus aux Gilbert,Griffy et Sandre pour 1000 livres ?
1540 c’est revendu au sieur Chaume et à François Lasset pour 16000 livres. ?
C’est ce Chaume qui préleva des pierres pour construire des bergeries (à Château-Bas ? à Lamouroux ? ).ce qui ne fut pas du goût des habitants d’Aumelas qui pouvaient se réfugier en temps de guerre ou de troubles dans le château,aussi se cotisèrent-ils (800 livres) et le restaurèrent-ils .Ils firent aussi un don de 400 livres au roi de France pour l’aider à lutter contre les Protestants et assurèrent la défense du château .
Une nouvelle vente a lieu en 1557 au profit du seigneur de Poussan.
En 1573 sous Charles X les gens d’Aumelas obtiennent l’adjudication de tous les fruits d’Aumelas et de Cabrials pour 1200 livres à condition de garder la Tour du château afin qu’elle ne tombe pas aux mains des partisans de la  » religion nouvelle « .Des engagistes se succèdent jusqu’en 1682 dont un est connu pas ses écrits ; Guillaume de Bonnet qui abandonne le château et va vivre à Château-Bas en 1595.
En 1680 aux enchères la vicomté fut vendu à Charles de Bonnet à titre de propriété pleine et entière et ce dernier put prendre le titre de vicomte en 1682. Les vicomtes se succédèrent jusqu’en 1789
et le château devint propriété communale…

UN REVE: LA RECONSTRUCTION DU CHATEAU PAR LA COURONNE D’ANGLETERRE

Au XIXe siècle, des érudits se penchèrent sur la descendance des seigneurs Guilhem d’Aumelas, et établirent des liens généalogiques avec les prestigieuses familles régnantes d’Angleterre et des Provinces unies, les Nassau.

Aussi, en 1879, le célèbre cardinal de Cabrières, admiratif des reconstitutions de chateaux par Viollet-le-Duc, voulut intéresser la reine Victoria à la reconstruction du château féodal d’Aumelas, en arguant de la filiation de Sa Majesté avec les seigneurs Guilhem du XIIe siècle.

Les projets grandioses du Cardinal furent repris en 1938 par le professeur Degrully, qui en exposa le bien-fondé auprès du Conseil municipal. Sans plus de succès.

Aujourd’hui encore, d’aucuns affirment que la reine d’Angleterre et la reine des Pays-bas auraient des droits sur le château.

Y-A-T-IL DES LIENS ENTRE LE CHATEAU ET LES REINES D’ANGLETERRE ET DES PAYS-BAS?

Au début du XVIe siècle, Claude, pricesse d’Orange, lointaine descendante de Guillaume d’Aumelas et de Tiburge d’Orange, épouse Henri de Nassau. Leur fils René d’Orange, décède en 1544 sans descendance. Les possessions d’orange passent alors à un cousin, Guillaume le Taciturne – 1533 – 1584 -de la maison de Nassau. Le lien de sang par Claude d’Orange s’éteint.

Rappelons que ce Guillaume devient le stathouder des Provinces Unies en 1573. A la quatrième génération, Guillaume III – 1650-1702 – devient roi d’Angleterre en 1689. A la mort de ce dernier, c’est sa belle-soeur Anne Stuart qui devient reine de 1702 à 1714 alors que le titre et les possessions d’Orange passent à nouveau sur les Pays-Bas après 1812.La reine actuelle, Béatrix, est d’Orange Nassau.

La filiation lointaine ne porte que sur le titre « d’Orange » et non plus sur les liens du sang.

Mais n’est ce pas tout de môme une piste intéressante pour attirer l’attention de la reine des Pays-Bas sur le château d’Aumelas qui fut, dès le XIIe siecle, associé aux possessions d’orange ? Quant à la reine d’Angleterre, le lien parait définitivement rompu dès l’accession, d’Anne Stuart au trône.
Note de S. Caminade rédigée à partir des généalogies reconstituées par le professeur H. Bonnet.